Faire entendre sa voix.

5 mars 2017

Maire de Kingersheim (Haut-Rhin) Jo Spiegel refusa en 2014 la Légion d'honneur, pour dénoncer « une démocratie en panne ». En 2015, il a rendu sa carte du PS, devenu selon lui une « officine de conquête du pouvoir ». Comme beaucoup de Français, Jo Spiegel est un citoyen en colère, déçu par le manque de courage de la classe politique. D'autant qu'à son niveau, celui d'une ville située dans la banlieue de Mulhouse, il a prouvé depuis longtemps que l'on pouvait agir. 
Ancien athlète de haut niveau, c'est à force d'endurance et de volonté qu'il s'est fait le champion de la démocratie participative. Dans sa commune, il a soumis tous les projets à la concertation et au vote d'un panel d'habitants, instauré le tirage au sort, délocalisé le conseil municipal dans une Maison des citoyens, rencontré tous les foyers en porte-à-porte, créé un système d'alerte par SMS, etc. 
En 2014, il a été réélu au premier tour avec 60 % des voix. 
Dans ce livre d'entretiens, il raconte son parcours d'élu atypique, et fait sa part d'autocritique : il confie avoir connu le goût du pouvoir et reconnaît des défaites, comme le taux d'abstention ou le score du FN qu'il n'a pas su faire baisser. Enfin, Jo Spiegel confie dans ces pages étonnantes qu'il nourrit sa politique de lectures philosophiques (Hannah Arendt, Paul Ricœur) et d'une quête de spiritualité. 
Lui qui fait chaque année des retraites en monastère pour se ressourcer est un combattant acharné des dérives obscurantistes. Il appelle à redonner tout son sens à la belle expression, souvent galvaudée, de « vivre-ensemble ».





Salut, toi!
Depuis quelques temps, je m'intéresse doucement, prudemment à la vie politique et citoyenne. Et plus précisément sur le modèle de la démocratie participative. Ce titre proposé dans la masse critique de Babelio, en Janvier du coup attiré mon oeil!
Est-ce que j'ai apprécié cette lecture?

L'avis d'Arlé!


Pour ma part, oui. Enfin, je n'ai pas tant trouvé que c'était une lecture agréable, comme ça pourrait l'être avec un roman, mais j'ai trouvé le contenu très intéressant et inspirant. Le seul point négatif que je trouve à ce livre est qu'il a été assez laborieux pour ma part (malgré le format court de moins de cent pages) du fait du vocabulaire employé. Ce n'est donc peut-être pas le meilleur livre pour se plonger dans le thème la première fois. Malgré tout, j'ai pu relever des idées intéressantes. Ce qui s'est aussi révéler un bon point, est le parcours de l'auteur en tant qu'homme avant son parcours en tant que politicien / maire.
Il est de bon ton de ne jamais oublier qu'une personne ayant un pouvoir quelconque est avant tout un individu comme tout le monde, avec ses réussites, ses échecs. Mais aussi ses moments de gloire, ses difficultés, sa famille, ses amis. Et Jo Spiegel nous parle de sa vie entre deux questions sur la démocratie participative - car oui, le contenu est présenté sous forme d'entretien - et fait le lien entre ses engagements et son parcours personnel, avec une petite conclusion au final: tout le monde peut arriver à faire bouger les choses. La vie citoyenne est à considérer au même titre et liée à notre vie personnelle, car dépend de nos convictions, nos expériences et nos valeurs.
Ce livre permet aussi d'avoir un autre point de vue, et de réfléchir posément sur nos implications au quotidien, notre politique. Des réflexions d'ailleurs dont on peut trouver certains exemples en annexes à la fin du livre,retranscrits de ceux postés sur les réseaux, ainsi que le Pacte Civique dont on parle plus en détail dans l'entretien et qui sert d'élément fondateur de la vie démocratique selon l'auteur. Un livre on ne peut plus d'actualité.

Je remercie le site Babelio et la maison d'édition Temps Présent pour ce partenariat! 



Résultat de recherche d'images pour "babelio logo"   

Petits mots:

  1. Eh bien on peut dire que cet essai est d'actualité ! Je ne lis pas d'ouvrages politiques mais je reconnais que celui-ci a l'air intéressant, en tout cas ta chronique donne envie de le lire, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello! Merci pour ton commentaire, je suis contente d'avoir attiré ta curiosité!
      Franchement pour un premier essai d'ouvrage politique c'est pas trop mal, même si je pense qu'il faudrait commencer par autre chose. En tous cas, si tu le lis je serais ravie de savoir ce que tu en auras pensé! ^^

      Supprimer