Femmes fatales

12 avr. 2016

Initialement parues dans l'hebdomadaire féminin Josei jishin entre 1973 et 1974, les dix histoires des Femmes du Zodiaque racontent des destins de femmes depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu'aux années 1970. 

Dans ce premier tome, plus particulièrement ancré dans les années 1960-1970, Maki s'intéresse aux femmes du Taureau, de la Vierge, du Verseau, de la Balance, du Capricorne, du Cancer et du Bélier, et l'auteure s'amuse à faire intervenir dans l'intrigue les particularités des différents signes. Sans tabou mais toujours avec élégance (le trait fin, racé, y est pour beaucoup), elle met en scène des femmes amoureuses, en plein éveil à la sexualité, et nous fait découvrir différentes facettes de la condition féminine, ainsi que l'évolution des moeurs dans la société japonaise contemporaine.

(Couverture et résumé sur Livraddict)




Dans le rayon manga, Les Femmes du zodiaque a attiré mon attention par son titre et par la couverture. Arrivé à la dernière page, je suis assez perplexe. J'ai parcouru les histoires les unes après les autres sans vraiment être immergée dans chacune d'elles. C'est un manga assez épais (340 pages en format plus grand que la moyenne), et le format d'un chapitre = 1 histoire peut déstabiliser plus d'un.

Pour ma part, j'ai eu du mal à saisir le sens de chacune de ces histoires. La thématique de cette série est la place des femmes japonaises dans la société des années 70, en mettant en avant le caractère de chacune d'elle selon son signe du zodiaque. Mais ça ne m'a pas du tout plu. En réalité, je m'attendais à quelque chose de moins symbolique, de plus accessible et où l'astrologie ne servirait pas de prétexte pour mettre en avant une thématique particulière. J'ai eu du mal avec ce genre d'intrigue et avec le style de l'auteure. Puis concernant ces histoires, cela met surtout en avant certains aspects de la liberté sexuelle, sentimentale, sociale de la femme, avec certains thèmes durs comme l'adultère, le sadomasochisme, l'inceste ou la prostitution. Ce n'est clairement pas une lecture tout public.

Il y a peut-être une histoire ou deux qui m'ont plu davantage que d'autres, comme Nuages d'automne ou Le Col de Kewaizaka. Le premier est peut-être la seule histoire qui se termine sur une note positive, encore qu'il y ait un aspect dedans qui ne m'a pas trop plus *SPOILER: Les mariages arrangés*, tandis que le second qui est l'histoire principale du manga est un peu plus élaborée que les autres, étendu sur plusieurs chapitres.
Au niveau des personnages, comme pour la plupart des histoires courtes & autres nouvelles, je n'ai réussi à m'attacher à aucun d'eux. D'autant que chacune des protagonistes représentent des archétypes, donc sans caractère (autre que les traits de caractères empruntés à leur signes, donc très réducteurs et pas réaliste à mon sens) et histoire personnelle; les scènes représentent des petites histoires qui s'apparentent plus à des faits divers pour certains, avec une morale dont on ne saisit pas toujours le sens.
Le seul point positif que je retire de cette lecture, ce sont les graphismes. J'adore ces dessins très détaillés, fins. Les scènes sont dynamiques, les personnages expressifs. Mais malheureusement, cela ne suffit pas à me donner envie de lire le second tome. Les Femmes du Zodiaque: Le Col de Kewaizaka est une lecture qui pourra plaire à ceux qui aiment les intrigues ancré dans la réalité, avec ce qu'il faut de symbolique et de sens cachés; et ceux qui s'intéresse à la condition féminine de la seconde moitié du XXième siècle, à condition de parvenir à décrypter ce qu'il y a derrière.

   http://nsa38.casimages.com/img/2015/12/09/151209083637689850.jpg

P'tits mots:

Laisser un p'tit mot: