Il était un petit lion...

11 mars 2016


« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. »






*Chronique avec (très) légers spoilers*

Joie.

Oui bon, je vais essayer d'être un tant soi peu objective sur cette chronique, mais je ne vous promet rien, parce que Malzieu c'est mon auteur favori, tous genres confondus donc bon. *Fangirl activated*. Je tiens à préciser que ce livre était une lecture commune avec les Livres de Zaela, dont je vous invite à voir son avis et regarder son chouette blog!

Journal d'un vampire en pyjama est une autobiographie signée Malzieu à un moment fatidique de sa vie: celui où il échappe à la mort.
Pour son dernier livre, je dois dire que j'étais partagée entre excitation/ impatience de le dévorer et en même temps la crainte de ne pas l'apprécier. Une crainte du à une petite déception de son livre Métamorphose en bord de ciel, qu'étrangement, j'avais beaucoup moins apprécié que ses précédents ouvrages et les suivants. Les deux livres cités ont pour thématique la maladie, la souffrance et le côtoiement de la mort. Néanmoins, je trouve que Journal d'un vampire en pyjama est plus porteur d'espoir, de joie et de vie que son prédécesseur. (Pourtant, le contexte dans lesquels chacun ont été écrit n'est pas du tout le même).

Un aspect qui aurait pu apparaître étrange mais qui ne s'avère nullement dérangeant est le fait que ce soit un journal et non pas un roman, contrairement à ce que Malzieu a l'habitude de faire. Outre cette petite particularité, on y retrouve son style très visuel, magique et poétique. Ce roman se dévore littéralement. (Je devais me faire violence pour parvenir à m'en détacher).
Ce roman est dans la même trempe que les précédents sans être néanmoins lassant ou ennuyant, mais on sent en même temps une différence. Dans ce livre, le héros est l'auteur lui-même et c'est clairement annoncé. Ce n'est pas lui en Little ou Giant Jack, ni en Tom Cloudman. En lisant ce livre, j'ai vraiment eu la sensation de lire un condensé de sa vie, de ses réussites. C'est sa vie, avec des morceaux d'espoir et de poésie. Comme il le dit lui-même, c'est "la réalité qui dépasse la (science-)fiction". D'ailleurs, pour en revenir à ses "déguisements", j'ai beaucoup apprécié le fait qu'il y fasse référence plusieurs fois dans son livre. La sensation que tous soit cités lors de cette tranche de vie qu'il raconte sonne comme quelque chose de très symbolique, comme si vraiment, après ce livre, après sa (més)aventure, il ne sera plus le même à jamais et qu'il produira d'autres choses, d'un tout nouveau genre.

Ce que j'ai aussi beaucoup apprécié dans son journal, c'est la description qu'il fait de ces proches et surtout, de Rosy. C'est terriblement mignon et rempli d'amour et d'étoiles. Il y aussi sa famille, ses amis bien évidemment. Pour la première fois, on pénètre un peu dans l'intimité de l'auteur en tant que tel, et pas en tant que star ou dans la vie rêvée d'un de ses avatars. Et c'est très, très touchant. Ça l'est d'autant plus que c'est fait de manière naturelle: Malzieu nous parle de sa maladie, de ses proches comme de la pluie et du beau temps, sans fatalisme, sans théâtralité exagérée.
Il y a un personnage qui est aussi classe que mesquin qui est Dame Oclès. En tant que personnage, je suis un peu déçue qu'on ne la voit pas plus. Elle paraît classe, sensuelle mais terriblement venimeuse, dangereuse, fatale. Je pense que je m'imaginais un vrai duel entre elle et Malzieu. (Mais d'un autre côté, vu ce qu'elle représente, je suis aussi contente de pas trop la voir! è_é)
Quant au protagoniste, hé bien ...  on s'attache très vite à lui, à son histoire. On est bouleversé en même temps que lui, au fur et à mesure de notre lecture par les événements qui lui arrivent sur le coin de la moustache. Je ne sais combien de fois j'ai du pousser de "oh non!", "ohlala...". Sûrement au moins autant de fois que j'ai du rire ou sourire. Malzieu a affronté sa maladie avec poésie et pour ça, chapeau. Tant et si bien que je pense sans trop craindre de me tromper que cette lecture peut aider à surmonter l'épreuve difficile qu'est la maladie, avec les doutes et la souffrance qu'elle implique, et ce quelque soit la maladie dont on est atteint et pas seulement l'aplasie médullaire. Selon moi, ce livre est une réussite et une victoire à bien des égards et il pour cela, il mérite d'être lu! 

Petit bonus: l'album éponyme du groupe Dionysos, avec une mention spéciale pour Le petit lion que j'adore beaucoup beaucoup. :3 


  http://i68.servimg.com/u/f68/10/07/52/81/logo_210.png

Petits mots:

  1. Je suis impatiente de le lire celui ci. J'espère pouvoir me l'acheter au SDL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu auras l'occasion de le lire!
      Il vaut la peine de trôner dans sa bibliothèque. ^^

      Bonnes lectures et bon SDL! :)

      Supprimer
  2. Hello !

    J'aime beaucoup cette phrase : son style très visuel, magique et poétique. Je trouve tes mots très justes ! Ce livre est dans ma PAL depuis sa sortie, ta chronique m'intrigue... Mais je vais suivre ton conseil, et lire les autres avant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé! ^^

      Je suis curieuse de voir ton avis par la suite! :3

      Supprimer
  3. J'avoue, un peu honteuse, ne jamais avoir lu le moindre bouquin de cet auteur. Mais ta chronique me donne envie de me rattraper ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut! Excuse-moi de la réponse tardive, ça n'affiche plus les notifications lors de nouveaux commentaires en attente... ^^'

      Si tu as l'occasion, essaie le! En tous cas, ravie que d'avoir donner envie! Hésites pas à dire ce que tu en auras pensé, si jamais! ^^

      Supprimer