Le dernier espoir

4 févr. 2016

Les mois ont passé depuis le tsunami qui a ravagé Fukushima... Mais pour Fumi, le quotidien est toujours rempli d'incertitudes. La fin de l'année scolaire approche inexorablement, et avec elle, la fin du lycée et le début d'une nouvelle vie... 
La pression monte pour la jeune lycéenne, qui ne sait pas encore ce qu'elle veut pour son propre futur. Doit-elle rester à Fukushima, où peut-être fuir avec « lâcheté » sa région natale ? 
Pourtant, ses amies, elles, semblent trouver chacune leur tour les réponses à leurs angoisses intimes, et se donnent les moyens de réaliser leurs rêves. 
Alors, pourquoi est-elle la dernière à rester paralysée par cet avenir qui s'annonce ? 
Sa rencontre avec un groupe de bénévoles lui permettra heureusement de retrouver le chemin... son propre chemin !






J'ai commencé le second et dernier tome de Daisy, lycéennes à Fukushima seulement quelques jours après le premier tome. Et j'en suis un tout petit peu déçue, je dois dire. Car ce second tome n'a pas su pleinement satisfaire mes attentes.

Au niveau de l'histoire, on continue de suivre Fumi et ses amies. Leur scolarité, leur remise des diplômes, les voies que chacune d'entre elle prend. On se penche également enfin un peu plus sur le personnage et l'histoire de Ayaka, aussi. On plonge dans le quotidien chamboulé d'autres habitants de Fukushima, grâce aux membres d'une association de bénévoles dont Fumi et ses amies feront la rencontre. Au niveau de l'histoire, en fait, il n'y a pas beaucoup de choses à en retirer. Ce manga est un recueil de témoignage romancé, dessiné et il n'est à prendre que de cette façon: il n'y a pas réellement de fil conducteur. 
L'histoire de Fumi et ses amies, celles des différentes personnes rencontrées, évoquées dans ce manga sont des reconstitutions de témoignages réels, mais dans ce manga ces histoires sont indépendantes des unes des autres, mal reliées, ce qui en fait un manga à l'intrigue inexistantes et aux personnages bancals. Ce sont des instants, des toutes petites tranches de vie figées sur le papier, pour ne pas oublier le drame qu'il s'est passé et ses conséquences, les répercussions que cela a eu même jusqu'aujourd'hui. Il s'agit seulement d'un point de vue alternatifs aux médias que propose Reiko Momochi, plus proche des habitants, de leur vie actuelle. Dans ce manga, il n'y a pas ou peu de chiffres, de blablas politique peu crédible et faussement rassurant, faussement compatissant. Il n'y a pas non plus l'horreur démontré. Enfin, si, mais elle est illustrée par l'espoir de tout un chacun et de la force que tous mettent à croire en une amélioration, un avenir meilleur. Je crois que c'est ce qui est le plus déchirant dans ce manga. 

Concernant les personnages, j'ai été autant déçue voire plus que dans le premier tome. Au vu du titre, on peut penser à tort que l'histoire va se concentrer sur ce groupe de filles, mais il n'en est rien. J'ai plus eu l'impression qu'il n'y avait pas d'histoire, pas d'héros (héroïnes), pas d'intrigue, de fil conducteur. Les personnages ont seulement la fonction de permettre d'illustrer des témoignages. Ils ne sont pas beaucoup exploités, pas doté d'un réel caractère. Les relations amoureuses (il y en a!) ne sont que trop peu mises en avant, presque secondaire, et je trouve cela assez paradoxal par rapport au parti pris de l'auteur qui est de redonner espoir aux habitants. Même l'apparition d'un nouveau personnage n'y a pas changé grand chose. Pourtant, quoi de mieux que de nouvelles amours pour faire sourire de nouveau des visages tristes?  
Le personnage de Fumi m'a aussi un chuïa agacée, et beaucoup déçue. Car il ne s'agit non pas de l'héroïne, mais plus d'un personnage dans le but est de refléter la situation de la ville et de ses habitants. J'ai trouvé ça horriblement ennuyant et frustrant, si bien qu'à la fin, malgré la "grande" décision qu'elle prend, elle ne me paraît plus crédible et c'est très dommage, car l'histoire aurait eu à gagner davantage selon moi si son personnage principal été plus fouillé, mis en avant sans intervention extérieure.  
J'aurais également aussi voulu voir la promesse que les quatre amies se sont faites, de manières plus concrètes. 

Daisy, lycéennes à Fukushima est un dyptique intéressant d'un point de vue historique, bouleversant d'un point de vue émotionnel et qui remplit admirablement bien son rôle de recueil de témoignage. Néanmoins, avec des personnages très transparents et une intrigue principale qui l'est tout autant, Daisy est une déception. Le manga aurait gagné à s'être étendu à plusieurs tomes, aurait également eu plus de crédibilité si les personnages et l'intrigue aurait été plus développés.
Néanmoins, c'est un manga à mettre en toutes les mains, à conditions de le lire tel un recueil de témoignages, et non pas comme l'histoire d'un groupe de filles que l'on verrait évoluer dans le temps par exemple. Le titre peut être trompeur et créer certaines attentes qui ne seront pas satisfaites, mais à travers ce manga, Reiko Momochi nous propose un point de vue alternatif sur le drame du 11 mars 2011. C'est également une réflexion sur la radioactivité, l'énergie nucléaire et une observation de la société nippone. 

   http://nsa38.casimages.com/img/2015/12/09/151209083637689850.jpg

P'tits mots:

Laisser un p'tit mot: