Il était une fois ...

22 déc. 2015

Bastien, un garçon de dix ans, déroba un jour un livre ancien qui le fascinait et se réfugia au grenier pour le lire. Un livre pas comme les autres...Il y était question d'un pays fantastique où vivaient une toute petite impératrice, des elfes, des monstres, un garçon à la peau verte...Un pays menacé de mort et rongé par un mal étrange. Et voilà que Bastien, irrésistiblement entrait dans l'histoire, une histoire fantastique qui recommençait avec lui, L'Histoire sans fin...

(Couverture et résumé sur Livraddict)


* Chronique avec spoiler!*

Ce livre traînait dans ma PAL infinie depuis quelques mois déjà et après l'avoir lu, j'ai hésité à le chroniquer, avant de décider que finalement, non je ne le ferais pas. Car l'ayant lu sur un trèèès long terme (1 mois... ._.) et dans une période peut-être pas si propice que ça, je pensais qu'il valait mieux ne pas le chroniquer. Et puis, j'ai encore changé d'avis et je chronique aujourd'hui (une vraie girouette. ^^ ).
Je m'excuse donc d'avance si cette chronique peut paraître un peu "brouillon", promis: lorsque je relirais ce livre, je ferais un édito qui sera bien mieux écrit! ^^


La première chose qui a attiré mon oeil sur ce livre, c'est la couverture bleue. Je suis une petite lectrice mais toujours été une grande collectionneuse de livre, alors quand un beau livre-objet me tombe dans les mains, je suis toujours contente! Le titre et le résumé me rappelait beaucoup une histoire lue ou vue dans ma toute petite enfance, mais n'ayant pas pu m'en souvenir ça m'a intrigué et j'ai du coup embarqué puis lu le livre! 
Le livre en tant qu'objet est une superbe réédition, et pas qu'à l'extérieur. J'ai craqué sur l'encre bleue utilisée (pour exprimer le point de vue de Bastien) avec l'encre noire traditionnelle et les premières pages de chaque chapitre, très travaillées. Petit point sympathique: l'auteur a poussé le détail sur l'importance des mots dans son histoire à tel point qu'il y a 26 chapitres, chacun commençant par la lettre de l'alphabet lui correspondant. (Chapitre 1 commençant par la lettre A, 2 pour B, etc..). C'est un petit détail qui pourrait paraître ridicule, mais j'ai c'est un petit plus que j'ai apprécié! 

Au niveau de l'histoire en elle-même, j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans, car je trouvais ça un peu long, mais au fur et à mesure, je me suis surprise d'avoir attrapé le syndrome du "encore un chapitre". 
L'Histoire Sans Fin, c'est un peu une lecture-nostalgie: ça m'a rappelé que j'étais un peu comme Bastien, avant (et même encore un peu maintenant), la fille qui lisait tout le temps à s'inventer des histoires et qui pouvait lire en cachette sous les draps la nuit, avec une lampe, haha. Et puis, qui a déjà lu des livres (des tas et des tas), sans jamais avoir voulue vivre ne serait-ce qu'une seule fois les aventures du héros dont on lisait le récit, hein?
Pour moi, à travers L'Histoire Sans Fin, Michael Ende rappelle le pouvoir de l'imagination et l'impact des mots, l'innocence et la fragilité de l'enfance. C'est un peu comme les contes, desquels on dégage une morale, en fait. Ça m'a aussi un peu rappelé Le Monde de Narnia, par le fait qu'il s'agit d'un enfant qui pénètre dans un monde fantastique, et l'on se demande du début à la fin si ce n'est qu'un rêve parce qu'il s'est assoupi ou s'il s'agit d'un monde pas si imaginaire que ça. 

C'est un roman-conte facile à lire et où l'on s'immerge facilement, c'est très visuel. C'est quelque chose que j'apprécie beaucoup quand je lis. En revanche, il y a un détail qui m'a un peu troublé, c'est que j'ai eu le sentiment que l'histoire était scindée en deux parties: une où le Néant s'étend, et l'on suit l'aventure de nos héros au sein du Pays Fantastique et la partie "Post-néant", que j'ai trouvé assez bizarre et où j'ai un peu décroché, je dois avouer. Bastien m'agaçait énormément par instants, et puis aussi, il y a un gros mystère sur la Petite Impératrice. Toutefois, je crois que le passage que j'ai le plus apprécié, c'est le chapitre avec Dame Aiuola, que j'ai vraiment trouvé touchant.
D'ailleurs, en parlant des personnages, je ne me suis attaché à aucun d'entre particulièrement, ce qui m'a fait un peu bizarre, surtout pour un roman fantastique. L'histoire est beaucoup axé sur Bastien, à la manière d'une quête initiatique (ce qui est peut-être un peu le but aussi, remarquez...). Dans mon souvenir du film ou dessin animé vu toute petite, il me semblait que l'on voyait davantage Atréyu et Fuchur, j'ai été un chuia déçue. Durant toute le livre, je n'ai pas pu m'empêcher d'en comparer certains à certains autres issus d'autres références, notamment Xayide qui m'a vraiment fait beaucoup pensé à Mélisandre de Game of Thrones! Vous en pensez quoi? 

En bref, L'Histoire Sans Fin est un livre qui m'a fait me ressentir petite fille et j'ai aimé cet aspect-là, mais l'histoire en elle-même m'a un tout petit peu déçue toutefois. Ceci dit, je pense que ça reste quand même un livre sympathique à lire, (surtout plus jeune) et qui devrait être lu au moins une fois dans sa vie, surtout dans notre monde, à notre époque où l'imagination est quelque chose d'un peu plus rare qu'autrefois. 

Petits mots:

  1. C'est une bonne lecture quand on est plus jeune ^^
    Bonnes lectures !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai aimé cette nouvelle édition que je trouve magnifique. L'histoire me plaît, je suis d'accord avec ce que tu dis sur l'imagination. Le seul hic de ce roman pour moi : les longueurs. Ou le rythme en lui-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis on ne peu plus d'accord sur la réédition. ^^
      C'est vrai qu'il y a des longueurs, surtout au début et en milieu un peu. Le rythme est un peu particulier. En même temps, je pense que c'est parce que c'est une sorte de conte qui s'étend sur plus de 400 pages, c'est pas très habituel. ^^

      Supprimer